Commotion cérébrale

Les difficultés rencontréEs qui pourraient être améliorÉES

Une commotion cérébrale est une blessure cérébrale causée par un impact à la tête, une accélération, une décélération ou une torsion brusque de la boite crânienne. Les symptômes peuvent varier grandement d’une personne à l’autre.

Lorsqu’un individu subit un impact à la tête ou un des autres phénomènes mécaniques mentionnés, il est important que celui-ci se présente à l’hôpital s’il présente des symptômes. Dans plusieurs cas, l’urgentologue décidera de faire un scan ou une résonnance magnétique pour s’assurer qu’il n’y a pas d’hémorragie ou de dommage aux structures du cerveau. Par contre, ces tests ne permettent pas d’analyser l’activité cérébrale. Dans plus de 85% des cas, ces tests ressortent comme étant normaux, même en présence de séquelles sévères, selon le neurologue Jonathan Walker1.

Plusieurs symptômes ont un lien avec l’activité cérébrale tels que des difficultés au niveau de l’attention, de la concentration, de la mémoire ou l’apparition d’anxiété, d’humeur dépressive, de fatigue, de maux tête ainsi que des problématiques au niveau du sommeil. Dans de tels cas, un EEGq permettra souvent de faire un lien précis entre les symptômes et une activité cérébrale déviante de la norme.

Ce qui se passe au niveau du cerveau:

Lorsqu’un individu subi un traumatisme crânien, des neurones vont mourir et l’activité électrique du cerveau sera affectée. Selon l’endroit où les dommages auront eu lieu, les symptômes pourront être différents.

À la clinique Neuroperforma, lors de l’évaluation, nous effectuerons un électroencéphalogramme quantitatif (EEGq), lequel mesure l’activité électrique du cerveau à 2400 endroits à la fois, en 3 dimensions. Cette lecture nous permettra de voir les régions du cerveau hypoactives ou hyperactives ce qui pourraient nous expliquer l’apparition, par exemple, de difficultés d’attention, d’anxiété, d’irritabilité ou de difficultés de sommeil).

Le neuropsychologue interprétera ensuite les résultats du EEGq de manière à faire les liens entre les difficultés vécues et les déviations de l’activité cérébrale. Ceci permettra de dresser un programme d’entrainement en Neurofeedback qui visera à ramener l’activité cérébrale vers un fonctionnement normal.

Ce que l’on entraine en neurofeedback

L’entrainement en Neurofeedback ciblera alors les régions ou réseaux qui ont des déviations importantes et pour lesquelles il y a présence de symptômes ou de difficultés. Par exemple, si l’individu a des difficultés au niveau de l’attention ou de la mémoire, nous entrainerons ces réseaux. Si celui-ci a des difficultés plus présentes au niveau du sommeil, de l’humeur ou de l’anxiété, nous ciblerons ces derniers, etc.

Les résultats qui pourraient être observés
L’efficacité selon les études

Selon une étude réalisée par Dale Foster et présentée au congrès annuel de l’ISNR en septembre 20132, le Neurofeedback est l’approche la plus efficace à ce jour pour traiter plusieurs symptômes persistants suite à un traumatisme crânien ou lors d’un trouble de stress post-traumatique.

Saviez-vous que l’Armée Américaine utilise les mêmes appareils et logiciels que Neuroperforma pour aider leurs soldats qui souffrent de commotion cérébrale et de stress post traumatique?

2. LORETA Z Score Neurofeedback in the treatment of Veterans with PTSD and TBI
Thursday, September 19, 2013, 10:50 AM – 11:20 AM
Dale Foster, Memphis Integral Neurofeedback Institute
Katherine Veazey-Morris, Veterans Administration Medical Center, Memphis, TN

Les services offerts sont remboursés par plusieurs compagnies d’assurances.