Troubles anxieux

Les difficultés rencontréEs qui pourraient être améliorÉES

L’anxiété est un état pouvant combiner des émotions négatives (telles que inquiétudes, peurs, ruminations, obsessions), ainsi que des réactions physiques (rythme cardiaque accéléré, respiration difficile, tension musculaire accrue, mains moites et froides…). À un degré plus significatifs, il est d’ailleurs possible de parler de troubles anxieux qui peuvent alors se présenter sous différentes formes telles que l’anxiété généralisée, les attaques de paniques, les phobies ou les troubles obsessifs compulsifs.

Ce qui se passe au niveau du cerveau:

L’amygdale, une région située profondément dans le cerveau de chaque côté, a la grosseur et la forme d’une amande. Elle est souvent une des régions les plus impliquée dans l’anxiété. Celle-ci joue le rôle du « bouton d’urgence » au niveau du cerveau. Lorsqu’une situation menaçante se présente, l’amygdale va s’activer pour déclencher « l’état d’urgence ». Elle va envoyer des signaux à d’autres régions du cerveau et ainsi activer une série de mécanismes biologiques pour vous préparer à faire face à la menace, soit en augmentant la production d’adrénaline, le rythme cardiaque et respiratoire et bien d’autres fonctions.

Par conséquent, lorsque cette région du cerveau n’agit pas de façon optimale, il est possible de voir apparaître des difficultés à gérer l’anxiété et ses manifestations.

Ce que l’on entraine en neurofeedback

Bien que le rôle de l’amygdale ressorte comme étant très important dans l’anxiété, les études actuelles en Neurofeedback révèlent que 6 autres régions du cerveau sont aussi impliquées à ce niveau. Lors de l’évaluation, nous mesurons le niveau d’activité de chacune de ces régions à l’aide du EEGq afin de vérifier si leur niveau d’activité se trouve dans les normes.

Par la suite, à l’aide de la dernière génération d’équipement de Neurofeedback, nous pourrons entrainer simultanément les différentes régions connus pour jouer un rôle dans la gestion de l’anxiété. En complément, entrainer la communication entre chacune de ces régions, nous apparait est tout aussi essentielle.

Les résultats qui pourraient être observés
  • Diminution de l’anxiété
  • Amélioration du sommeil
  • Meilleur contrôle des émotions
  • Diminution des attaques de panique
  • Humeur généralement plus positive
Intervention de niveau 4 pour les troubles anxieux

Le Neurofeedback est actuellement classé comme une intervention de niveau 4 sur 5 pour les troubles anxieux selon le guide de référence « Evidence-based practice in Neurofeedback and Biofeedback 2016 ».

En général, les clients perçoivent une diminution de leur anxiété après 4 à 5 séances de Neurofeedback et poursuivent habituellement une dizaine de séances d’entrainements avec ce protocole afin d’atteindre des niveaux d’améliorations significatifs.

Il est démontré que les bénéfices obtenus avec le Neurofeedback sont habituellement durables et même que les capacités cérébrales ayant été optimisées continuent de s’améliorer dans les mois suivant la fin des entrainements en Neurofeedback.

Les services offerts sont remboursés par plusieurs compagnies d’assurances.